Rechercher

Aliénor et les Cités d'or : Quel rapport ?

Dernière mise à jour : 17 mars




Pour initier ce blog sur ma vie de guide, autant commencer par le commencement.



Quand j'étais gamine, 3 éléments déclencheurs m'ont menée à ma vocation de guide conférencière: la "rencontre" avec Aliénor d'Aquitaine, un tas de vieilles pierres dans un champ, et le dessin animé "Les Mystérieuses cités d'or" ! Comment se fait-ce me direz-vous ? Réponse ci-dessous !


Alors Aliénor et les Cités d'or : Quel rapport ?



La rencontre:

c'est la visite de l'abbaye de Fontevraud. Je devais avoir 8 ans, je me rappelle très bien y être allée avec mes parents et un couple d'amis qui avaient une twingo rose (oui, ça m'a marquée, à l'époque c'était nouveau...). Je me rappelle d'un pic-nique sur les bords de Loire. Et je me souviens de cette gigantesque abbatiale, et de ces drôles de pierres qui semblaient dormir et parler en même temps. Je ressens encore de la barrière de fer froid dans mes mains et de mon buste appuyé dessus. Je l'ai regardée, intensément, profondément, curieusement, gisant devant moi, Aliénor. J'étais impressionnée, étrangement émue, fascinée par cette femme tenant son livre. Je me suis sentie connectée à elle sans savoir pourquoi. Le Roi Henri II, son "Jules", m'a moins impactée. Richard Coeur de Lion, je le connaissais par le fameux dessin animée Robin des Bois. Mais toute mon attention était captée par elle, que je retrouverai plus tard dans mes études. J'y retourne régulièrement, comme en pélerinage et vous l'aurez deviné, mon "nom d'artiste" n'est pas étranger à cette rencontre. Il faut dire que mon prénom me prédestinait peut-être à ce rapprochement...


Le tas de vieilles pierres :

Enfant j'habitais en pleine campagne tourangelle et la maison de mes parents était entourée de champs. Dans l'un d'eux, je crapahutais dans les hautes herbes en me prenant pour une mini Indiana Jones en culottes courtes. Un tas de pierres est apparu, autour d'un morceau de dalle à moitié enfouie. Il ne m'en fallait pas plus pour tenter de dégager le tout et tenter de trouver un trésor, faisant fi des bruissements de bestioles qui, dans mon imaginaire d'enfant, devaient être des boas constrictors. Mais je l'ai trouvé mon trésor, sous forme de vocation : "quand je serai grande, je serai archéologue". Bon... loupé, mais j'étais bien partie pour, et ce sera l'objet d'un autre article. En attendant, je continue à me passionner pour cette discipline, et à vibrer quand j'ai la chance de découvrir des endroits uniques de manière privilégiée !



Ah ! et Les cités d'or!

Amoureuse d'Esteban, jalouse de Mia et amusée par Tao, ce dessin animée m'a donné le goût pour les cultures amérindiennes, et une curiosité en général pour d'autres civilisations. Aujourd'hui je tente de transmettre cette ouverture d'esprit à mes enfants, qui connaissent eux aussi la série. Mon fils est d'ailleurs tombé amoureux de Zia quand il avait 6 ans, "parce qu'elle a des collants jaunes" m'a-t-il dit....(?) Je rêve toujours de silloner les routes du Mexique ou du Pérou, de fouler les pyramides et découvrir les lignes Nazca depuis le ciel. J'ai toujours tous les "Géo" et autres "Historia" que je collectionnais jusqu'à mes 20 ans et qui m'ont donnée l'envie de m'orienter vers l'archéologie, et particulièrement l'archéologie funéraire. Je n'arrive pas à me défaire de ces revues qui restent le lien avec mes rêves de gosse. Un jour, j'irai, c'est sûr !




Alors, quel rapport, concrètement, avec mon métier actuel? Ce sera l'occasion d'un futur article :)

103 vues0 commentaire